08 juin 2013

Hommage aux frères de Saint Jean de Dieu de Dinan

Les Frères hospitaliers de Saint Jean de Dieu ont officialisé leur départ du Centre hospitalier Dinan / Saint-Brieuc, le 6 juin 2013 à l'occasion de la fête patronale de l'établissement.

L'occasion de rendre hommage aux 178 années de présence des frères hospitaliers auprès des malades psychiatriques et d'entourer les Sœurs hospitalières du Sacré-Coeur qui vont poursuivre, en lien avec la Fondation Saint Jean de Dieu, l'œuvre des frères.
 

 

De nombreux patients de l'hôpital avaient souhaité participer à la célébration présidée par Mgr Denis Moutel, évêque du diocèse, en présence de la direction de l'établissement, de collaborateurs, d'amis, de bénévoles, de membres de la Fraternité, de personnalités civiles et militaires, ainsi que de Frère Giampietro Luzzato, conseiller du supérieur général de l'Ordre hospitalier présent à Dinan à l'occasion d'une visite canonique, et de Frère Alain-Samuel Jeancler, supérieur provincial. Une dizaine de prêtres amis du diocèse, de nombreuses congrégations religieuses, ainsi que Mgr Eugène Houndekon, évêque d'Abomey au Bénin, avaient également répondu 'présent'.

Devant une assemblée émue de voir partir les frères, Frère Alain-Samuel a rappelé que la décision de fermer la communauté avait été prise par le Chapitre provincial de 2010. « Une décision difficile, vous vous en doutez bien, qu’il nous faut respecter et accueillir avec confiance en Dieu », a-t-il souligné, rendant « grâce à Dieu pour le bien qui s’est fait en ces lieux, pour celui qui se fait encore et pour celui qui se fera demain. » « Un départ n’est jamais facile à vivre, on dit même que partir, c’est mourir un peu… n’est-ce pas ce qui arrive au grain de blé tombé en terre, qui doit mourir pour porter du fruit ? » Parmi les « fruits d'hier, d'aujourd'hui et de demain », le supérieur provincial a cité notamment le dévouement de tant de religieux, ainsi que l'amour porté aux malades par les collaborateurs, les bénévoles, bienfaiteurs et membres de la Fraternité Saint Jean de Dieu. Sans oublier la Fondation Saint Jean de Dieu, « qui porte à présent l'esprit de Saint Jean de Dieu qui saura, n'en doutons pas, perdurer dans cette maison. »

Frère Alain-Samuel a ensuite officiellement remis les clés de la communauté aux sœurs hospitalières (cf photo ci-dessous), ainsi qu'une bougie, marquant symboliquement la continuité de « l’esprit de saint Jean de Dieu » au sein du centre hospitalier, malgré le départ des frères. Des patients avaient également préparé un panneau sur lequel ils avaient peint des mains de sœurs, de malades, de collaborateurs et même de l'évêque, autour d'une grenade, « symbolisant ainsi le fait que la transmission de ce charisme est entre toutes nos mains », a expliqué Sœur Marie-Estrella, responsable de l'aumônerie.
 

 

Mgr Denis Moutel s'est pour sa part dit confiant en l'avenir, certain que les frères, présents sur le département depuis 178 ans continueront de porter du fruit, notamment grâce à la présence des sœurs hospitalières du Sacré-Cœur qui continuent d'assurer l'aumônerie et d'être actives au sein de certains services. Fondées au 19ème siècle par saint Benoît Menni, un frère de Saint Jean de Dieu (mort à l'hôpital de Dinan), elles vivent le même charisme d'hospitalité.

 

Le Centre hospitalier Dinan / Saint-Brieuc a été fondé par Frère Paul de Magallon en 1833, sur invitation de l'évêque de Saint-Brieuc de l'époque. L’hôpital « pour aliénés » qui a accueilli jusqu'à 1200 patients, a marqué l'histoire de la province de France en hébergeant le juvénat et le noviciat des frères à plusieurs reprises. « Je me rappelle de cette période où nous étions une soixantaine de frères et de novices », se souvient Frère Fortunat, aujourd'hui prieur de la communauté de Marseille. « La réalité était bien différente, les frères étaient dans tous les services et ils géraient tout ». Dans les années 70, les religieux confièrent la direction de l’hôpital à un laïc et, peu à peu, les collaborateurs pallièrent à la diminution du nombre de frères. On compte aujourd'hui plus de 650 salariés, avec une communauté de 3 frères, restés très investis dans la vie de l'établissement et auprès des patients, notamment Frère Flavien Ruthmann, président de l’association de gestion du centre hospitalier et des institutions médico-sociales Saint Jean de Dieu.


Dernier supérieur de la communauté, Frère Flavien (photo ci-contre) voit aujourd'hui la situation avec foi et espérance. « Nous ne pouvions plus, humainement, continuer comme cela », confie-t-il. « Même si c'est très dur de quitter ces lieux où nous avons tant de souvenirs, ça ne m'empêchera pas de continuer à y venir de temps en temps pour revoir tous ceux qui poursuivent l'œuvre ».