14 septembre 2020

Cadre de Santé, Infirmière et Pompier, Tiphaine Coupel soutient les Libanais dans le chaos

Le 4 août 2020 une terrible explosion dévaste le port de Beyrouth. Après un chaos politique, économique et une crise sanitaire due au COVID-19, la capitale libanaise doit faire face à une nouvelle catastrophe.

Dès le lendemain matin, faisant suite à la demande d’aide internationale exprimée par le gouvernement libanais, l’association AAIP (Aides Actions Internationales Pompiers : www.aaip.fr) dont je fais partie se met en alerte. Une équipe composée de neuf sapeurs-pompiers (dont deux médecins et trois infirmières), tous bénévoles partant sur leurs congés, est rapidement constituée et le départ est fixé au 8 août.

Hébergés dans les locaux de la municipalité, sans portes ni fenêtres à cause de l’explosion, mais avec un toit encore solide, nous participons aux missions confiées aux différentes associations arrivées d’un peu partout, et coordonnées par la municipalité : aide au déblai et à la sécurisation des habitations afin de faciliter la réinstallation des habitants, soins aux blessés, recherche des corps sur les lieux de l’explosion et aide à la sécurisation.

A l’occasion de cette dernière mission, notre rôle était également le soutien psychologique auprès de nos collègues sapeurs-pompiers libanais, avec qui nous avons travaillé tous les jours sur le site de l’explosion et qui ont perdu neuf des leurs, partis éteindre le premier feu. Mon expérience professionnelle exercée au sein du Centre Hospitalier Dinan/Saint-Brieuc est ainsi mise à contribution durant cette mission. Chaque jour nous étions à leur côté pour les soutenir et les aider dans leur désir de retrouver les corps. Être à leur écoute a été essentiel durant cette période éprouvante.

Membre de la Cellule d’Urgence Médico-Psychologique des Côtes d’Armor (CUMP 22) au sein de la Fondation Saint Jean de Dieu, j'ai, juste avant mon départ, été sollicité pour recevoir en consultation le cas échéant des ressortissants Français traumatisés pouvant être rapatriés du Liban. A mon arrivée à l'ambassade de France au Liban pour un rendez-vous avec le consul adjoint dans le cadre de ma mission, j'ai pu constater le dispositif mis en place pour le soutien psychologique à mes concitoyens : cellule d’écoute au sein de l’ambassade, information sur les numéros de soutiens psychologiques en cas de retour en France. Je constate à ce moment-là le bien fondé et l’efficacité du maillage nationale des CUMP. Au-delà des frontières et des cultures l’aide et le soutien psychologique s’avère essentiel afin de poursuivre sa vie après un traumatisme.

 Le peuple libanais m’a impressionné par sa capacité de résilience, son esprit d’entraide et sa solidarité. Après plusieurs guerres, ils se relèvent et avancent... et comme le dit si bien mère Theresa « La vie est un combat, accepte-le ».

Un peu partout en ville est inscrit « Beyrouth est mille fois morte mille fois revécue » et c’est ce qu’ils vont faire, j’en suis persuadée.

Tiphaine Coupel, Cadre de Santé